Autre

ABC annule « The Chew » et le remplace par une heure supplémentaire de « Good Morning America »

ABC annule « The Chew » et le remplace par une heure supplémentaire de « Good Morning America »


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Après sept saisons, ABC a annulé le talk-show axé sur la nourriture le mâcher. Elle sera remplacée par une heure supplémentaire de Bonjour Amérique, qui attirerait plus de téléspectateurs et coûterait moins cher à produire, selon Deadline. La décision intervient quelques mois seulement après le départ de l'ancien co-animateur Mario Batali le mâcher suite aux allégations de harcèlement sexuel de plusieurs anciens employés et autres professionnels de la restauration.

Bonjour Amérique, qui commence à 8 heures et est animé par Robin Roberts, George Stephanopoulos et Michael Strahan, durera désormais trois heures au total. Mais parce que Vivre avec Kelly et Ryan diffusé à 10 h et La vue diffusé à 11 heures, la troisième heure de Bonjour Amérique sera diffusé à midi.

le mâcher les hôtes Clinton Kelly, Michael Symon et Carla Hall ont publié leurs réactions sur les réseaux sociaux après avoir entendu la nouvelle.

« Merci pour tous vos gentils messages. Oui, The Chew a été annulé. Une énorme déception, mais c'est le business de la télévision », a écrit Kelly dans un post Facebook qui a été aimé plus de 44 000 fois. « Michael, Carla et moi allons vraiment manquer de vous faire rire et de vous inspirer à essayer de nouvelles choses chaque jour. Nous allons terminer le reste de la saison avec autant d'enthousiasme que possible ! Je suis sûr que nous en parlerons dans l'émission de demain. Encore une fois, merci du fond de mon [cœur]. »

Après avoir lu certains des 14 000 commentaires de fans découragés, il a ajouté: "Je pleure en lisant tous ces commentaires. Je suis honoré d'avoir fait partie de votre vie et de vous avoir offert ne serait-ce qu'un sourire au cours des sept dernières années. S'il vous plaît ne soyez pas en colère. Cela me rend plus triste.

Symon a également fait une déclaration sur Facebook : « Comme vous l'avez peut-être entendu maintenant, nous avons découvert aujourd'hui que c'est notre dernière saison de The Chew… Je veux juste dire merci à tous ceux qui ont non seulement participé à [the] show mais à tous ceux qui ont regardé quotidiennement et nous ont permis de vous divertir… ce fut une course incroyable et nous attendons tous avec impatience de nouvelles choses amusantes !...xoxo…MS.

Hall a choisi d'aborder la situation sur Instagram, où elle a écrit : « Je suis tellement reconnaissante pour tous les bons moments et les amis incroyables que je me suis fait au cours des sept dernières années sur @abcthechew. Cela a vraiment été une course incroyable. J'attends de nouvelles aventures avec impatience ! Et après? Restez à l'écoute! En avant et vers le haut!"

Daphne Oz, qui figurait dans l'émission jusqu'à l'été dernier, n'a pas commenté la question, pas plus que Batali. Bien que le chef en disgrâce ait co-organisé le programme depuis sa création en 2011 jusqu'à sa sortie en 2017, il est probablement en retrait. L'homme de 57 ans a récemment été accusé d'avoir drogué et violé une femme dans son restaurant haut de gamme de New York, Babbo, en 2004.

Quant aux animateurs actuels de l'émission, nous espérons qu'ils décrocheront de nouveaux concerts dès que l'émission cessera d'être diffusée. Voici ce qu'ils devraient manger au petit-déjeuner pour réussir un entretien d'embauche.


Matt James et Rachael Kirkconnell sont de retour ensemble, mais il « hésite »

Les patrons d'ABC se battent pour faire face aux retombées des commentaires faits par la journaliste de "Good Morning America" ​​Amy Robach, qui a été prise sur un micro chaud affirmant que les cuivres du réseau avaient annulé son interview avec un accusateur de Jeffrey Epstein pour apaiser la famille royale.

On a pu entendre la journaliste du "GMA" se plaindre d'avoir passé trois ans à essayer d'obtenir l'interview de Virginia Roberts Giuffre, qui allègue qu'elle a été forcée de coucher avec le prince Andrew alors qu'elle était gardée comme esclave sexuelle d'Epstein, à l'antenne.

Les chefs de l'information d'ABC ont rapidement demandé mardi à Robach de publier une déclaration dans laquelle elle est revenue sur ses affirmations initiales.

La présentatrice a déclaré qu'elle avait été "prise dans un moment de frustration privée" sur la vidéo, publiée dimanche par le site Web conservateur Project Veritas et qui aurait été enregistrée en juillet.

Dans sa déclaration, Robach a déclaré qu'elle était "déçue" que son interview avec Giuffre, enregistrée en 2015, n'ait pas eu lieu car elle ne répondait pas aux normes de reportage d'ABC, tout en insistant sur le fait qu'on ne lui avait jamais dit d'arrêter de faire des reportages sur le Scandale Epstein.

Des sources d'ABC ont déclaré mardi à Page Six qu'il n'y avait « zéro vérité » que l'interview avait eu lieu en faveur de la famille royale, et en particulier, comme l'a dit Robach devant la caméra, pour obtenir une interview avec le prince William et sa femme Kate Middleton.

Une source d'ABC a déclaré : « Beaucoup de diffuseurs peuvent probablement faire preuve d'empathie. Nous devons tout exécuter au-delà des normes et des pratiques et il y a des moments où les interviews ne peuvent pas être diffusées.

“Nous avions besoin de temps pour corroborer les détails, et nous n'avons pas été en mesure de vérifier de nombreuses affirmations de Virginie.”

Cependant, cela ne répond pas aux raisons pour lesquelles ABC n'a diffusé l'interview à aucun moment après 2015. Giuffre a maintenant fait ses déclarations auprès de divers médias.

En septembre, elle s'est assise pour une exclusivité avec la présentatrice d'"Aujourd'hui" Savannah Guthrie sur sa rivale NBC, alléguant qu'elle avait eu des relations sexuelles avec le prince Andrew à l'âge de 17 ans.

Le royal, un ancien copain d'Epstein, a nié avec véhémence les allégations, les qualifiant de "fausses" et "sans fondement" & #8221.

"Il nie que cela soit arrivé, et il va continuer à nier que cela s'est même produit – mais il connaît la vérité et je connais la vérité", a déclaré Giuffre à Guthrie, ajoutant que le prince était "un agresseur, il était un participant".

En juin, The Post a rapporté que le président d'ABC News, James Goldston, était assis à la table du président Trump aux côtés du prince Charles et de Camilla, duchesse de Cornouailles, lors d'un dîner fastueux à Londres.

Trump et la première dame Melania ont organisé le dîner à la résidence de l'ambassadeur américain Woody Johnson pour rendre la pareille à un somptueux banquet d'État au palais de Buckingham organisé par la reine.

Goldston, qui a la double nationalité américaine et britannique et est marié à la présentatrice de la BBC Laura Trevelyan, a également obtenu une prestigieuse invitation au banquet d'État – qui n'avait réuni que 170 invités.

Dans les commentaires capturés par Project Veritas, on peut entendre Robach parler à un collègue anonyme sur une vidéo secrètement filmée sur la façon dont elle pensait que l'interview de Giuffre avait été grattée en raison de la pression royale.

“J'ai eu cette interview avec Virginia Roberts. Nous ne le mettrions pas à l'antenne », pouvait-on l'entendre dire. "Tout d'abord, on m'a dit:" Qui est Jeffrey Epstein? " Ensuite, le palais a découvert que nous avions toutes ses allégations sur le prince Andrew et nous a menacés d'un million de façons différentes. "Nous avions tellement peur de ne pas pouvoir interviewer Kate et Will, alors je pense que cela avait également annulé l'histoire."

Clairement frustré, Robach a ajouté : “[Virginia] m'a tout dit … Elle s'est cachée pendant 12 ans, nous l'avons convaincue de sortir. Nous l'avons convaincue de nous parler.”

Robach a également déclaré que Giuffre reliait Bill Clinton et Alan Dershowitz à Epstein : « C'était incroyable ce que nous avions. Clinton. Nous avions tout. J'ai essayé pendant trois ans de le faire en vain.”

L'avocat de Dershowitz – Epstein – – et Clinton étaient des passagers du jet privé d'Epstein, selon les journaux.

Giuffre – qui prétend avoir été prêtée par Epstein à l'avocat brûlant pour le sexe – poursuit Dershowitz après l'avoir dénoncée publiquement comme une « parjure en série », une « menteuse en série » et une « prostituée en série ».

ABC a déclaré dans un communiqué: «À l'époque, tous nos reportages ne répondaient pas à nos normes de diffusion, mais nous n'avons jamais cessé d'enquêter sur l'histoire. Depuis, nous avons une équipe sur cette enquête et des ressources substantielles y sont consacrées. Ce travail a conduit à un documentaire de deux heures et à un podcast en 6 parties qui sera diffusé au cours de la nouvelle année.”

Robach, qui co-présente également “/20”, a déclaré dans sa déclaration publiée mardi qu'elle ne s'attendait pas à ce que ses commentaires soient diffusés, ajoutant : “En tant que journaliste, alors que l'histoire d'Epstein continuait de se dérouler l'été dernier, J'ai été pris dans un moment privé de frustration. J'étais contrarié qu'une interview importante que j'avais menée avec Virginia Roberts n'ait pas été diffusée parce que nous n'avons pas pu obtenir suffisamment de preuves corroborantes pour répondre aux normes éditoriales d'ABC concernant ses allégations. Mes commentaires sur le prince Andrew et son allégation selon laquelle elle aurait vu Bill Clinton sur l'île privée d'Epstein faisaient référence à ce que Virginia Roberts a dit dans cette interview en 2015. Je faisais référence à ses allégations – et non à ce que ABC News avait vérifié dans nos reportages.&# 8221

Robach a poursuivi : « L'interview elle-même, même si j'étais déçue qu'elle n'ait pas été diffusée, ne répondait pas à nos normes. Depuis des années, personne ne m'a jamais dit ni à l'équipe d'arrêter de faire des reportages sur Jeffrey Epstein, et nous avons continué à poursuivre agressivement cette histoire importante.”

Dans une interview avec NPR en août, Giuffre a déclaré qu'elle ne comprenait pas pourquoi son interview de 2015 avec ABC n'avait pas été diffusée. "Je considérais l'interview d'ABC comme un changement potentiel", a-t-elle déclaré.

« Apparaître sur ABC avec son large auditoire aurait été la première fois pour moi de dénoncer le gouvernement pour avoir essentiellement tourné le dos et de décrire la colère et la trahison ressenties par les victimes. »

Dershowitz a déclaré à NPR qu'il avait pressé ABC de ne pas publier l'interview.

L'incident de Robach survient après que Ronan Farrow a allégué que le chef des nouvelles de NBC avait refusé de diffuser ses reportages sur le scandale Harvey Weinstein après que le patron du film en disgrâce se soit plaint aux patrons.

Project Veritas a déclaré mardi que la vidéo de Robach avait été fournie par un "initié d'ABC".

Une source d'ABC a souligné que le réseau faisait continuellement des rapports sur Epstein avant et après l'interview de Robach avec Giuffre.


Matt James et Rachael Kirkconnell sont de retour ensemble, mais il « hésite »

Les patrons d'ABC se battent pour faire face aux retombées des commentaires faits par la journaliste de "Good Morning America" ​​Amy Robach, qui a été prise sur un micro chaud affirmant que les cuivres du réseau avaient annulé son interview avec un accusateur de Jeffrey Epstein pour apaiser la famille royale.

On a pu entendre la journaliste du "GMA" se plaindre d'avoir passé trois ans à essayer d'obtenir l'interview de Virginia Roberts Giuffre, qui allègue qu'elle a été forcée de coucher avec le prince Andrew alors qu'elle était gardée comme esclave sexuelle d'Epstein, à l'antenne.

Les chefs de l'information d'ABC ont rapidement demandé mardi à Robach de publier une déclaration dans laquelle elle est revenue sur ses affirmations initiales.

La présentatrice a déclaré qu'elle avait été "prise dans un moment de frustration privée" sur la vidéo, publiée dimanche par le site Web conservateur Project Veritas et qui aurait été enregistrée en juillet.

Dans sa déclaration, Robach a déclaré qu'elle était "déçue" que son interview avec Giuffre, enregistrée en 2015, ne se soit pas déroulée car elle ne répondait pas aux normes de reportage d'ABC, tout en insistant sur le fait qu'on ne lui avait jamais dit d'arrêter de faire des reportages sur le Scandale Epstein.

Des sources d'ABC ont déclaré mardi à Page Six qu'il y avait "zéro vérité" que l'interview avait eu lieu en faveur de la famille royale, et en particulier, comme Robach l'a dit devant la caméra, pour obtenir une interview avec le prince William et sa femme Kate Middleton.

Une source d'ABC a déclaré : « Beaucoup de diffuseurs peuvent probablement faire preuve d'empathie. Nous devons tout exécuter au-delà des normes et des pratiques et il y a des moments où les interviews ne peuvent pas être diffusées.

“Nous avions besoin de temps pour corroborer les détails, et nous n'avons pas été en mesure de vérifier un grand nombre d'affirmations de Virginie.”

Cependant, cela ne répond pas à la raison pour laquelle ABC n'a diffusé l'interview à aucun moment après 2015. Giuffre a maintenant fait ses déclarations auprès de divers médias.

En septembre, elle s'est assise pour une exclusivité avec la présentatrice d'"Aujourd'hui" Savannah Guthrie sur sa rivale NBC, alléguant qu'elle avait eu des relations sexuelles avec le prince Andrew à l'âge de 17 ans.

Le royal, un ancien copain d'Epstein, a nié avec véhémence les allégations, les qualifiant de "fausses" et "sans fondement".

"Il nie que cela soit arrivé, et il va continuer à nier que cela s'est même produit – mais il connaît la vérité et je connais la vérité", a déclaré Giuffre à Guthrie, ajoutant que le prince était "un agresseur, il était un participant".

En juin, The Post a rapporté que le président d'ABC News, James Goldston, était assis à la table du président Trump aux côtés du prince Charles et de Camilla, duchesse de Cornouailles, lors d'un dîner fastueux à Londres.

Trump et la première dame Melania ont organisé le dîner à la résidence de l'ambassadeur américain Woody Johnson pour rendre la pareille à un somptueux banquet d'État au palais de Buckingham organisé par la reine.

Goldston, qui a la double nationalité américaine et britannique et est marié à la présentatrice de la BBC Laura Trevelyan, a également obtenu une invitation prestigieuse au banquet d'État – qui n'avait que 170 invités.

Dans les commentaires capturés par Project Veritas, on peut entendre Robach parler à un collègue anonyme sur une vidéo secrètement filmée sur la façon dont elle pensait que l'interview de Giuffre avait été grattée en raison de la pression royale.

“J'ai eu cette interview avec Virginia Roberts. Nous ne le mettrions pas à l'antenne », pouvait-on l'entendre dire. "Tout d'abord, on m'a dit:" Qui est Jeffrey Epstein? " Ensuite, le palais a découvert que nous avions toutes ses allégations sur le prince Andrew et nous a menacés d'un million de façons différentes. "Nous avions tellement peur de ne pas pouvoir interviewer Kate et Will, alors je pense que cela a également annulé l'histoire."

Clairement frustré, Robach a ajouté : “[Virginia] m'a tout dit … Elle s'est cachée pendant 12 ans, nous l'avons convaincue de sortir. Nous l'avons convaincue de nous parler.”

Robach a également déclaré que Giuffre reliait Bill Clinton et Alan Dershowitz à Epstein : « C'était incroyable ce que nous avions. Clinton. Nous avions tout. J'ai essayé pendant trois ans de le faire en vain.”

L'avocat de Dershowitz – Epstein – et Clinton étaient tous deux des passagers du jet privé d'Epstein, selon les journaux.

Giuffre – qui prétend avoir été prêtée par Epstein à l'avocat brûlant pour le sexe – poursuit Dershowitz après l'avoir dénoncée publiquement comme une « parjure en série », une « menteuse en série » et une « prostituée en série ».

ABC a déclaré dans un communiqué: «À l'époque, tous nos reportages ne répondaient pas à nos normes de diffusion, mais nous n'avons jamais cessé d'enquêter sur l'histoire. Depuis, nous avons une équipe sur cette enquête et des ressources substantielles y sont consacrées. Ce travail a conduit à un documentaire de deux heures et à un podcast en 6 parties qui sera diffusé au cours de la nouvelle année.”

Robach, qui co-présente également “/20”, a déclaré dans sa déclaration publiée mardi qu'elle ne s'attendait pas à ce que ses commentaires soient diffusés, ajoutant : “En tant que journaliste, alors que l'histoire d'Epstein continuait de se dérouler l'été dernier, J'ai été pris dans un moment privé de frustration. J'étais contrarié qu'une interview importante que j'avais menée avec Virginia Roberts n'ait pas été diffusée parce que nous n'avons pas pu obtenir suffisamment de preuves corroborantes pour répondre aux normes éditoriales d'ABC concernant ses allégations. Mes commentaires sur le prince Andrew et son allégation selon laquelle elle aurait vu Bill Clinton sur l'île privée d'Epstein faisaient référence à ce que Virginia Roberts a dit dans cette interview en 2015. Je faisais référence à ses allégations – et non à ce que ABC News avait vérifié dans nos reportages.&# 8221

Robach a poursuivi : « L'interview elle-même, même si j'étais déçue qu'elle n'ait pas été diffusée, ne répondait pas à nos normes. Depuis des années, personne ne m'a jamais dit ni à l'équipe d'arrêter de faire des reportages sur Jeffrey Epstein, et nous avons continué à poursuivre agressivement cette histoire importante.”

Dans une interview avec NPR en août, Giuffre a déclaré qu'elle ne comprenait pas pourquoi son interview de 2015 avec ABC n'avait pas été diffusée. "Je considérais l'interview d'ABC comme un changement potentiel", a-t-elle déclaré.

« Apparaître sur ABC avec son large auditoire aurait été la première fois pour moi de dénoncer le gouvernement pour avoir essentiellement tourné le dos et de décrire la colère et la trahison ressenties par les victimes. »

Dershowitz a déclaré à NPR qu'il avait pressé ABC de ne pas publier l'interview.

L'incident de Robach survient après que Ronan Farrow a allégué que le chef des nouvelles de NBC avait refusé de diffuser ses reportages sur le scandale Harvey Weinstein après que le patron du film en disgrâce se soit plaint aux patrons.

Project Veritas a déclaré mardi que la vidéo de Robach avait été fournie par un "initié d'ABC".

Une source d'ABC a souligné que le réseau faisait continuellement des rapports sur Epstein avant et après l'interview de Robach avec Giuffre.


Matt James et Rachael Kirkconnell sont de retour ensemble, mais il « hésite »

Les patrons d'ABC se battent pour faire face aux retombées des commentaires faits par la journaliste de "Good Morning America" ​​Amy Robach, qui a été prise sur un micro chaud affirmant que les cuivres du réseau avaient annulé son interview avec un accusateur de Jeffrey Epstein pour apaiser la famille royale.

On a pu entendre la journaliste du "GMA" se plaindre d'avoir passé trois ans à essayer d'obtenir l'interview de Virginia Roberts Giuffre, qui allègue qu'elle a été forcée de coucher avec le prince Andrew alors qu'elle était gardée comme esclave sexuelle d'Epstein, à l'antenne.

Les chefs de l'information d'ABC ont rapidement demandé mardi à Robach de publier une déclaration dans laquelle elle est revenue sur ses affirmations initiales.

La présentatrice a déclaré qu'elle avait été "prise dans un moment de frustration privée" sur la vidéo, publiée dimanche par le site Web conservateur Project Veritas et qui aurait été enregistrée en juillet.

Dans sa déclaration, Robach a déclaré qu'elle était "déçue" que son interview avec Giuffre, enregistrée en 2015, n'ait pas eu lieu car elle ne répondait pas aux normes de reportage d'ABC, tout en insistant sur le fait qu'on ne lui avait jamais dit d'arrêter de faire des reportages sur le Scandale Epstein.

Des sources d'ABC ont déclaré mardi à Page Six qu'il n'y avait « zéro vérité » que l'interview avait eu lieu en faveur de la famille royale, et en particulier, comme l'a dit Robach devant la caméra, pour obtenir une interview avec le prince William et sa femme Kate Middleton.

Une source d'ABC a déclaré : « Beaucoup de diffuseurs peuvent probablement faire preuve d'empathie. Nous devons tout exécuter au-delà des normes et des pratiques et il y a des moments où les interviews ne peuvent pas être diffusées.

“Nous avions besoin de temps pour corroborer les détails, et nous n'avons pas été en mesure de vérifier un grand nombre d'affirmations de Virginie.”

Cependant, cela ne répond pas aux raisons pour lesquelles ABC n'a diffusé l'interview à aucun moment après 2015. Giuffre a maintenant fait ses déclarations auprès de divers médias.

En septembre, elle s'est assise pour une exclusivité avec la présentatrice d'"Aujourd'hui" Savannah Guthrie sur sa rivale NBC, alléguant qu'elle avait eu des relations sexuelles avec le prince Andrew à l'âge de 17 ans.

Le royal, un ancien copain d'Epstein, a nié avec véhémence les allégations, les qualifiant de "fausses" et "sans fondement".

"Il nie que cela soit arrivé, et il va continuer à nier que cela s'est même produit – mais il connaît la vérité et je connais la vérité", a déclaré Giuffre à Guthrie, ajoutant que le prince était "un agresseur, il était un participant".

En juin, The Post a rapporté que le président d'ABC News, James Goldston, était assis à la table du président Trump aux côtés du prince Charles et de Camilla, duchesse de Cornouailles, lors d'un dîner fastueux à Londres.

Trump et la première dame Melania ont organisé le dîner à la résidence de l'ambassadeur américain Woody Johnson pour rendre la pareille à un somptueux banquet d'État au palais de Buckingham organisé par la reine.

Goldston, qui a la double nationalité américaine et britannique et est marié à la présentatrice de la BBC Laura Trevelyan, a également obtenu une prestigieuse invitation au banquet d'État – qui n'avait réuni que 170 invités.

Dans les commentaires capturés par Project Veritas, on peut entendre Robach parler à un collègue anonyme sur une vidéo secrètement filmée sur la façon dont elle pensait que l'interview de Giuffre avait été grattée en raison de la pression royale.

“J'ai eu cette interview avec Virginia Roberts. Nous ne le mettrions pas à l'antenne », pouvait-on l'entendre dire. "Tout d'abord, on m'a dit:" Qui est Jeffrey Epstein? " Ensuite, le palais a découvert que nous avions toutes ses allégations sur le prince Andrew et nous a menacés d'un million de façons différentes. "Nous avions tellement peur de ne pas pouvoir interviewer Kate et Will, alors je pense que cela avait également annulé l'histoire."

Clairement frustré, Robach a ajouté : “[Virginia] m'a tout dit … Elle s'est cachée pendant 12 ans, nous l'avons convaincue de sortir. Nous l'avons convaincue de nous parler.”

Robach a également déclaré que Giuffre reliait Bill Clinton et Alan Dershowitz à Epstein : « C'était incroyable ce que nous avions. Clinton. Nous avions tout. J'ai essayé pendant trois ans de le faire en vain.”

L'avocat de Dershowitz – Epstein – – et Clinton étaient des passagers du jet privé d'Epstein, selon les journaux.

Giuffre – qui prétend avoir été prêtée par Epstein à l'avocat brûlant pour le sexe – poursuit Dershowitz après l'avoir dénoncée publiquement comme une « parjure en série », une « menteuse en série » et une « prostituée en série ».

ABC a déclaré dans un communiqué: «À l'époque, tous nos reportages ne répondaient pas à nos normes de diffusion, mais nous n'avons jamais cessé d'enquêter sur l'histoire. Depuis, nous avons une équipe sur cette enquête et des ressources substantielles y sont consacrées. Ce travail a conduit à un documentaire de deux heures et à un podcast en 6 parties qui sera diffusé au cours de la nouvelle année.”

Robach, qui co-présente également “/20”, a déclaré dans sa déclaration publiée mardi qu'elle ne s'attendait pas à ce que ses commentaires soient diffusés, ajoutant : “En tant que journaliste, alors que l'histoire d'Epstein continuait de se dérouler l'été dernier, J'ai été pris dans un moment privé de frustration. J'étais contrarié qu'une interview importante que j'avais menée avec Virginia Roberts n'ait pas été diffusée parce que nous n'avons pas pu obtenir suffisamment de preuves corroborantes pour répondre aux normes éditoriales d'ABC concernant ses allégations. Mes commentaires sur le prince Andrew et son allégation selon laquelle elle aurait vu Bill Clinton sur l'île privée d'Epstein faisaient référence à ce que Virginia Roberts a dit dans cette interview en 2015. Je faisais référence à ses allégations – pas à ce que ABC News avait vérifié grâce à nos reportages.&# 8221

Robach a poursuivi : « L'interview elle-même, même si j'étais déçue qu'elle n'ait pas été diffusée, ne répondait pas à nos normes. Depuis que personne ne m'a jamais dit ni à l'équipe d'arrêter de faire des reportages sur Jeffrey Epstein, et nous avons continué à poursuivre agressivement cette histoire importante.”

Dans une interview avec NPR en août, Giuffre a déclaré qu'elle ne comprenait pas pourquoi son interview de 2015 avec ABC n'avait pas été diffusée. "Je considérais l'interview d'ABC comme un changement potentiel", a-t-elle déclaré.

« Apparaître sur ABC avec son large auditoire aurait été la première fois pour moi de dénoncer le gouvernement pour avoir essentiellement tourné le dos et de décrire la colère et la trahison ressenties par les victimes. »

Dershowitz a déclaré à NPR qu'il avait pressé ABC de ne pas publier l'interview.

L'incident de Robach survient après que Ronan Farrow a allégué que le chef des nouvelles de NBC avait refusé de diffuser ses reportages sur le scandale Harvey Weinstein après que le patron du film en disgrâce se soit plaint aux patrons.

Project Veritas a déclaré mardi que la vidéo de Robach avait été fournie par un "initié d'ABC".

Une source d'ABC a souligné que le réseau faisait continuellement des rapports sur Epstein avant et après l'interview de Robach avec Giuffre.


Matt James et Rachael Kirkconnell sont de retour ensemble, mais il « hésite »

Les patrons d'ABC se battent pour faire face aux retombées des commentaires faits par la journaliste de "Good Morning America" ​​Amy Robach, qui a été prise sur un micro chaud affirmant que les cuivres du réseau avaient annulé son interview avec un accusateur de Jeffrey Epstein pour apaiser la famille royale.

On a pu entendre la journaliste du "GMA" se plaindre d'avoir passé trois ans à essayer d'obtenir l'interview de Virginia Roberts Giuffre, qui allègue qu'elle a été forcée de coucher avec le prince Andrew alors qu'elle était gardée comme esclave sexuelle d'Epstein, à l'antenne.

Les chefs de l'information d'ABC ont rapidement demandé mardi à Robach de publier une déclaration dans laquelle elle est revenue sur ses affirmations initiales.

La présentatrice a déclaré qu'elle avait été "prise dans un moment de frustration privée" sur la vidéo, publiée dimanche par le site Web conservateur Project Veritas et qui aurait été enregistrée en juillet.

Dans sa déclaration, Robach a déclaré qu'elle était "déçue" que son interview avec Giuffre, enregistrée en 2015, n'ait pas eu lieu car elle ne répondait pas aux normes de reportage d'ABC, tout en insistant sur le fait qu'on ne lui avait jamais dit d'arrêter de faire des reportages sur le Scandale Epstein.

Des sources d'ABC ont déclaré mardi à Page Six qu'il n'y avait « zéro vérité » que l'interview avait eu lieu en faveur de la famille royale, et en particulier, comme l'a dit Robach devant la caméra, pour obtenir une interview avec le prince William et sa femme Kate Middleton.

Une source d'ABC a déclaré : « Beaucoup de diffuseurs peuvent probablement faire preuve d'empathie. Nous devons tout exécuter au-delà des normes et des pratiques et il y a des moments où les interviews ne peuvent pas être diffusées.

“Nous avions besoin de temps pour corroborer les détails, et nous n'avons pas été en mesure de vérifier un grand nombre d'affirmations de Virginie.”

Cependant, cela ne répond pas à la raison pour laquelle ABC n'a diffusé l'interview à aucun moment après 2015. Giuffre a maintenant fait ses déclarations auprès de divers médias.

En septembre, elle s'est assise pour une exclusivité avec la présentatrice d'"Aujourd'hui" Savannah Guthrie sur sa rivale NBC, alléguant qu'elle avait eu des relations sexuelles avec le prince Andrew à l'âge de 17 ans.

Le royal, un ancien copain d'Epstein, a nié avec véhémence les allégations, les qualifiant de "fausses" et "sans fondement" & #8221.

"Il nie que cela soit arrivé, et il va continuer à nier que cela s'est même produit – mais il connaît la vérité et je connais la vérité", a déclaré Giuffre à Guthrie, ajoutant que le prince était "un agresseur, il était un participant".

En juin, The Post a rapporté que le président d'ABC News, James Goldston, était assis à la table du président Trump aux côtés du prince Charles et de Camilla, duchesse de Cornouailles, lors d'un dîner fastueux à Londres.

Trump et la première dame Melania ont organisé le dîner à la résidence de l'ambassadeur américain Woody Johnson pour rendre la pareille à un somptueux banquet d'État au palais de Buckingham organisé par la reine.

Goldston, qui a la double nationalité américaine et britannique et est marié à la présentatrice de la BBC Laura Trevelyan, a également obtenu une prestigieuse invitation au banquet d'État – qui n'avait réuni que 170 invités.

Dans les commentaires capturés par Project Veritas, on peut entendre Robach parler à un collègue anonyme sur une vidéo secrètement filmée sur la façon dont elle pensait que l'interview de Giuffre avait été grattée en raison de la pression royale.

“J'ai eu cette interview avec Virginia Roberts. Nous ne le mettrions pas à l'antenne », pouvait-on l'entendre dire. "Tout d'abord, on m'a dit:" Qui est Jeffrey Epstein? " Ensuite, le palais a découvert que nous avions toutes ses allégations sur le prince Andrew et nous a menacés d'un million de façons différentes. "Nous avions tellement peur de ne pas pouvoir interviewer Kate et Will, alors je pense que cela avait également annulé l'histoire."

Clairement frustré, Robach a ajouté : “[Virginia] m'a tout dit … Elle s'est cachée pendant 12 ans, nous l'avons convaincue de sortir. Nous l'avons convaincue de nous parler.”

Robach a également déclaré que Giuffre reliait Bill Clinton et Alan Dershowitz à Epstein : « C'était incroyable ce que nous avions. Clinton. Nous avions tout. J'ai essayé pendant trois ans de le faire en vain.”

L'avocat de Dershowitz – Epstein – – et Clinton étaient des passagers du jet privé d'Epstein, selon les journaux.

Giuffre – qui prétend avoir été prêtée par Epstein à l'avocat brûlant pour le sexe – poursuit Dershowitz après l'avoir dénoncée publiquement comme une « parjure en série », une « menteuse en série » et une « prostituée en série ».

ABC a déclaré dans un communiqué: «À l'époque, tous nos reportages ne répondaient pas à nos normes de diffusion, mais nous n'avons jamais cessé d'enquêter sur l'histoire. Depuis, nous avons une équipe sur cette enquête et des ressources substantielles y sont consacrées. Ce travail a conduit à un documentaire de deux heures et à un podcast en 6 parties qui sera diffusé au cours de la nouvelle année.”

Robach, qui co-présente également “/20”, a déclaré dans sa déclaration publiée mardi qu'elle ne s'attendait pas à ce que ses commentaires soient diffusés, ajoutant : “En tant que journaliste, alors que l'histoire d'Epstein continuait de se dérouler l'été dernier, J'ai été pris dans un moment privé de frustration. J'étais contrarié qu'une interview importante que j'avais menée avec Virginia Roberts n'ait pas été diffusée parce que nous n'avons pas pu obtenir suffisamment de preuves corroborantes pour répondre aux normes éditoriales d'ABC concernant ses allégations. Mes commentaires sur le prince Andrew et son allégation selon laquelle elle aurait vu Bill Clinton sur l'île privée d'Epstein faisaient référence à ce que Virginia Roberts a dit dans cette interview en 2015. Je faisais référence à ses allégations – et non à ce que ABC News avait vérifié dans nos reportages.&# 8221

Robach a poursuivi : « L'interview elle-même, même si j'étais déçue qu'elle n'ait pas été diffusée, ne répondait pas à nos normes. Depuis que personne ne m'a jamais dit ni à l'équipe d'arrêter de faire des reportages sur Jeffrey Epstein, et nous avons continué à poursuivre agressivement cette histoire importante.”

Dans une interview avec NPR en août, Giuffre a déclaré qu'elle ne comprenait pas pourquoi son interview de 2015 avec ABC n'avait pas été diffusée. "Je considérais l'interview d'ABC comme un changement potentiel", a-t-elle déclaré.

« Apparaître sur ABC avec son large auditoire aurait été la première fois pour moi de dénoncer le gouvernement pour avoir essentiellement détourné le regard et de décrire la colère et la trahison ressenties par les victimes.

Dershowitz a déclaré à NPR qu'il avait pressé ABC de ne pas publier l'interview.

L'incident de Robach survient après que Ronan Farrow a allégué que le chef des nouvelles de NBC avait refusé de diffuser ses reportages sur le scandale Harvey Weinstein après que le patron du film en disgrâce se soit plaint aux patrons.

Project Veritas a déclaré mardi que la vidéo de Robach avait été fournie par un "initié d'ABC".

Une source d'ABC a souligné que le réseau faisait continuellement des rapports sur Epstein avant et après l'interview de Robach avec Giuffre.


Matt James et Rachael Kirkconnell sont de retour ensemble, mais il « hésite »

Les patrons d'ABC se battent pour faire face aux retombées des commentaires faits par la journaliste de "Good Morning America" ​​Amy Robach, qui a été prise sur un micro chaud affirmant que les cuivres du réseau avaient annulé son interview avec un accusateur de Jeffrey Epstein pour apaiser la famille royale.

On a pu entendre la journaliste de la "GMA" se plaindre d'avoir passé trois ans à essayer d'obtenir l'interview de Virginia Roberts Giuffre, qui allègue qu'elle a été forcée de coucher avec le prince Andrew alors qu'elle était gardée comme esclave sexuelle d'Epstein, à l'antenne.

Les chefs de l'information d'ABC ont rapidement demandé mardi à Robach de publier une déclaration dans laquelle elle est revenue sur ses affirmations initiales.

La présentatrice a déclaré qu'elle avait été "prise dans un moment de frustration privée" sur la vidéo, publiée dimanche par le site Web conservateur Project Veritas et qui aurait été enregistrée en juillet.

In her statement, Robach said she was “disappointed” that her interview with Giuffre, taped in 2015, did not run as it failed to meet ABC’s reporting standards, while insisting that she had never been told to stop reporting on the Epstein scandal.

ABC sources told Page Six Tuesday there was “zero truth” that the interview was held to court favor with the royals, and particularly, as Robach said on camera, to get an interview with Prince William and wife Kate Middleton.

An ABC source said: “A lot of broadcasters can probably empathize. We do have to run everything past standards and practices and there are times when interviews can’t air.

“We needed time to corroborate details, and we were unable to verify a lot of Virginia’s claims.”

This does not, however, answer why ABC did not run the interview at any time after 2015. Giuffre has now made her claims to a variety of media outlets.

In September, she sat down for an exclusive with “Today” anchor Savannah Guthrie on rival NBC, alleging that she had sex with Prince Andrew aged 17.

The royal, a former pal of Epstein, has vehemently denied the allegations, calling them “false” and “without foundation”.

“He denies that it ever happened, and he’s going to keep denying that it even happened — but he knows the truth and I know the truth,” Giuffre told Guthrie, adding that the prince was “an abuser, he was a participant.”

In June, The Post reported that ABC news president James Goldston sat at President Trump’s table alongside Prince Charles and Camilla, Duchess of Cornwall, at a glitzy dinner in London.

Trump and first lady Melania threw the dinner at US Ambassador Woody Johnson’s residence to reciprocate for a lavish state banquet at Buckingham Palace hosted by the queen.

Goldston, who has dual American and British citizenship and is married to BBC anchor Laura Trevelyan, also procured a prestigious invite to the state banquet — which only had 170 guests.

In the comments captured by Project Veritas, Robach can be heard talking to an unnamed colleague on a secretly filmed video about how she thought the Giuffre interview was scraped to due to royal pressure.

“I’ve had this interview with Virginia Roberts. We would not put it on the air,” she could be heard saying. “First of all, I was told, ‘Who’s Jeffrey Epstein?’ … Then the palace found out that we had her whole allegations about Prince Andrew and threatened us a million different ways. … We were so afraid we wouldn’t be able to interview Kate and Will, so I think that had also quashed the story.”

Clearly frustrated, Robach added: “[Virginia] told me everything … She was in hiding for 12 years, we convinced her to come out. We convinced her to talk to us.”

Robach also said that Giuffre connected Bill Clinton and Alan Dershowitz to Epstein: “It was unbelievable what we had. Clinton. We had everything. I tried for three years to get it on to no avail.”

Both Dershowitz – Epstein’s lawyer – and Clinton were passengers on Epstein’s private jet, logs show.

Giuffre — who claims she was lent to the firebrand attorney for sex by Epstein —is suing Dershowitz after he publicly denounced her as a “serial perjurer,” a “serial liar” and a “serial prostitute.”

ABC said in a statement, “At the time, not all of our reporting met our standards to air, but we have never stopped investigating the story. Ever since we’ve had a team on this investigation and substantial resources dedicated to it. That work has led to a two-hour documentary and a 6-part podcast that will air in the new year.”

Robach, who also co-anchors 󈬄/20”, said in her statement released Tuesday that she didn’t expect her comments to air, adding: “As a journalist, as the Epstein story continued to unfold last summer, I was caught in a private moment of frustration. I was upset that an important interview I had conducted with Virginia Roberts didn’t air because we could not obtain sufficient corroborating evidence to meet ABC’s editorial standards about her allegations. My comments about Prince Andrew and her allegation that she had seen Bill Clinton on Epstein’s private island were in reference to what Virginia Roberts said in that interview in 2015. I was referencing her allegations — not what ABC News had verified through our reporting.”

Robach continued, “The interview itself, while I was disappointed it didn’t air, didn’t meet our standards. In the years since no one ever told me or the team to stop reporting on Jeffrey Epstein, and we have continued to aggressively pursue this important story.”

In an interview with NPR in August, Giuffre said she was confused about why her 2015 interview with ABC was not broadcast. “I viewed the ABC interview as a potential game-changer,” she said.

“Appearing on ABC with its wide viewership would have been the first time for me to speak out against the government for basically looking the other way and to describe the anger and betrayal victims felt.”

Dershowitz told NPR that he pressed ABC not to publish the interview.

The Robach incident comes after Ronan Farrow alleged that NBC news chief refused to air his reporting on the Harvey Weinstein scandal after the disgraced movie boss complained to bosses.

Project Veritas said on Tuesday that the Robach video was provided by “an ABC insider.”

An ABC source stressed the network continually reported on Epstein before and after Robach’s interview with Giuffre.


Matt James and Rachael Kirkconnell are back together, but he's 'hesitant'

ABC bosses are battling to deal with the fallout from comments made by “Good Morning America” reporter Amy Robach, who was caught on a hot mic claiming network brass scrapped her interview with a Jeffrey Epstein accuser to appease the royal family.

The “GMA” reporter could be heard complaining that she spent three years trying to get the interview with Virginia Roberts Giuffre, who alleges she was forced to sleep with Prince Andrew while she was kept as Epstein’s sex slave, on air.

ABC news chiefs swiftly moved on Tuesday to have Robach issue a statement, in which she backtracked on her initial claims.

The anchor said she was “caught in a moment of private frustration” on the video, which was released by the conservative website Project Veritas Sunday and believed to have been taped this July.

In her statement, Robach said she was “disappointed” that her interview with Giuffre, taped in 2015, did not run as it failed to meet ABC’s reporting standards, while insisting that she had never been told to stop reporting on the Epstein scandal.

ABC sources told Page Six Tuesday there was “zero truth” that the interview was held to court favor with the royals, and particularly, as Robach said on camera, to get an interview with Prince William and wife Kate Middleton.

An ABC source said: “A lot of broadcasters can probably empathize. We do have to run everything past standards and practices and there are times when interviews can’t air.

“We needed time to corroborate details, and we were unable to verify a lot of Virginia’s claims.”

This does not, however, answer why ABC did not run the interview at any time after 2015. Giuffre has now made her claims to a variety of media outlets.

In September, she sat down for an exclusive with “Today” anchor Savannah Guthrie on rival NBC, alleging that she had sex with Prince Andrew aged 17.

The royal, a former pal of Epstein, has vehemently denied the allegations, calling them “false” and “without foundation”.

“He denies that it ever happened, and he’s going to keep denying that it even happened — but he knows the truth and I know the truth,” Giuffre told Guthrie, adding that the prince was “an abuser, he was a participant.”

In June, The Post reported that ABC news president James Goldston sat at President Trump’s table alongside Prince Charles and Camilla, Duchess of Cornwall, at a glitzy dinner in London.

Trump and first lady Melania threw the dinner at US Ambassador Woody Johnson’s residence to reciprocate for a lavish state banquet at Buckingham Palace hosted by the queen.

Goldston, who has dual American and British citizenship and is married to BBC anchor Laura Trevelyan, also procured a prestigious invite to the state banquet — which only had 170 guests.

In the comments captured by Project Veritas, Robach can be heard talking to an unnamed colleague on a secretly filmed video about how she thought the Giuffre interview was scraped to due to royal pressure.

“I’ve had this interview with Virginia Roberts. We would not put it on the air,” she could be heard saying. “First of all, I was told, ‘Who’s Jeffrey Epstein?’ … Then the palace found out that we had her whole allegations about Prince Andrew and threatened us a million different ways. … We were so afraid we wouldn’t be able to interview Kate and Will, so I think that had also quashed the story.”

Clearly frustrated, Robach added: “[Virginia] told me everything … She was in hiding for 12 years, we convinced her to come out. We convinced her to talk to us.”

Robach also said that Giuffre connected Bill Clinton and Alan Dershowitz to Epstein: “It was unbelievable what we had. Clinton. We had everything. I tried for three years to get it on to no avail.”

Both Dershowitz – Epstein’s lawyer – and Clinton were passengers on Epstein’s private jet, logs show.

Giuffre — who claims she was lent to the firebrand attorney for sex by Epstein —is suing Dershowitz after he publicly denounced her as a “serial perjurer,” a “serial liar” and a “serial prostitute.”

ABC said in a statement, “At the time, not all of our reporting met our standards to air, but we have never stopped investigating the story. Ever since we’ve had a team on this investigation and substantial resources dedicated to it. That work has led to a two-hour documentary and a 6-part podcast that will air in the new year.”

Robach, who also co-anchors 󈬄/20”, said in her statement released Tuesday that she didn’t expect her comments to air, adding: “As a journalist, as the Epstein story continued to unfold last summer, I was caught in a private moment of frustration. I was upset that an important interview I had conducted with Virginia Roberts didn’t air because we could not obtain sufficient corroborating evidence to meet ABC’s editorial standards about her allegations. My comments about Prince Andrew and her allegation that she had seen Bill Clinton on Epstein’s private island were in reference to what Virginia Roberts said in that interview in 2015. I was referencing her allegations — not what ABC News had verified through our reporting.”

Robach continued, “The interview itself, while I was disappointed it didn’t air, didn’t meet our standards. In the years since no one ever told me or the team to stop reporting on Jeffrey Epstein, and we have continued to aggressively pursue this important story.”

In an interview with NPR in August, Giuffre said she was confused about why her 2015 interview with ABC was not broadcast. “I viewed the ABC interview as a potential game-changer,” she said.

“Appearing on ABC with its wide viewership would have been the first time for me to speak out against the government for basically looking the other way and to describe the anger and betrayal victims felt.”

Dershowitz told NPR that he pressed ABC not to publish the interview.

The Robach incident comes after Ronan Farrow alleged that NBC news chief refused to air his reporting on the Harvey Weinstein scandal after the disgraced movie boss complained to bosses.

Project Veritas said on Tuesday that the Robach video was provided by “an ABC insider.”

An ABC source stressed the network continually reported on Epstein before and after Robach’s interview with Giuffre.


Matt James and Rachael Kirkconnell are back together, but he's 'hesitant'

ABC bosses are battling to deal with the fallout from comments made by “Good Morning America” reporter Amy Robach, who was caught on a hot mic claiming network brass scrapped her interview with a Jeffrey Epstein accuser to appease the royal family.

The “GMA” reporter could be heard complaining that she spent three years trying to get the interview with Virginia Roberts Giuffre, who alleges she was forced to sleep with Prince Andrew while she was kept as Epstein’s sex slave, on air.

ABC news chiefs swiftly moved on Tuesday to have Robach issue a statement, in which she backtracked on her initial claims.

The anchor said she was “caught in a moment of private frustration” on the video, which was released by the conservative website Project Veritas Sunday and believed to have been taped this July.

In her statement, Robach said she was “disappointed” that her interview with Giuffre, taped in 2015, did not run as it failed to meet ABC’s reporting standards, while insisting that she had never been told to stop reporting on the Epstein scandal.

ABC sources told Page Six Tuesday there was “zero truth” that the interview was held to court favor with the royals, and particularly, as Robach said on camera, to get an interview with Prince William and wife Kate Middleton.

An ABC source said: “A lot of broadcasters can probably empathize. We do have to run everything past standards and practices and there are times when interviews can’t air.

“We needed time to corroborate details, and we were unable to verify a lot of Virginia’s claims.”

This does not, however, answer why ABC did not run the interview at any time after 2015. Giuffre has now made her claims to a variety of media outlets.

In September, she sat down for an exclusive with “Today” anchor Savannah Guthrie on rival NBC, alleging that she had sex with Prince Andrew aged 17.

The royal, a former pal of Epstein, has vehemently denied the allegations, calling them “false” and “without foundation”.

“He denies that it ever happened, and he’s going to keep denying that it even happened — but he knows the truth and I know the truth,” Giuffre told Guthrie, adding that the prince was “an abuser, he was a participant.”

In June, The Post reported that ABC news president James Goldston sat at President Trump’s table alongside Prince Charles and Camilla, Duchess of Cornwall, at a glitzy dinner in London.

Trump and first lady Melania threw the dinner at US Ambassador Woody Johnson’s residence to reciprocate for a lavish state banquet at Buckingham Palace hosted by the queen.

Goldston, who has dual American and British citizenship and is married to BBC anchor Laura Trevelyan, also procured a prestigious invite to the state banquet — which only had 170 guests.

In the comments captured by Project Veritas, Robach can be heard talking to an unnamed colleague on a secretly filmed video about how she thought the Giuffre interview was scraped to due to royal pressure.

“I’ve had this interview with Virginia Roberts. We would not put it on the air,” she could be heard saying. “First of all, I was told, ‘Who’s Jeffrey Epstein?’ … Then the palace found out that we had her whole allegations about Prince Andrew and threatened us a million different ways. … We were so afraid we wouldn’t be able to interview Kate and Will, so I think that had also quashed the story.”

Clearly frustrated, Robach added: “[Virginia] told me everything … She was in hiding for 12 years, we convinced her to come out. We convinced her to talk to us.”

Robach also said that Giuffre connected Bill Clinton and Alan Dershowitz to Epstein: “It was unbelievable what we had. Clinton. We had everything. I tried for three years to get it on to no avail.”

Both Dershowitz – Epstein’s lawyer – and Clinton were passengers on Epstein’s private jet, logs show.

Giuffre — who claims she was lent to the firebrand attorney for sex by Epstein —is suing Dershowitz after he publicly denounced her as a “serial perjurer,” a “serial liar” and a “serial prostitute.”

ABC said in a statement, “At the time, not all of our reporting met our standards to air, but we have never stopped investigating the story. Ever since we’ve had a team on this investigation and substantial resources dedicated to it. That work has led to a two-hour documentary and a 6-part podcast that will air in the new year.”

Robach, who also co-anchors 󈬄/20”, said in her statement released Tuesday that she didn’t expect her comments to air, adding: “As a journalist, as the Epstein story continued to unfold last summer, I was caught in a private moment of frustration. I was upset that an important interview I had conducted with Virginia Roberts didn’t air because we could not obtain sufficient corroborating evidence to meet ABC’s editorial standards about her allegations. My comments about Prince Andrew and her allegation that she had seen Bill Clinton on Epstein’s private island were in reference to what Virginia Roberts said in that interview in 2015. I was referencing her allegations — not what ABC News had verified through our reporting.”

Robach continued, “The interview itself, while I was disappointed it didn’t air, didn’t meet our standards. In the years since no one ever told me or the team to stop reporting on Jeffrey Epstein, and we have continued to aggressively pursue this important story.”

In an interview with NPR in August, Giuffre said she was confused about why her 2015 interview with ABC was not broadcast. “I viewed the ABC interview as a potential game-changer,” she said.

“Appearing on ABC with its wide viewership would have been the first time for me to speak out against the government for basically looking the other way and to describe the anger and betrayal victims felt.”

Dershowitz told NPR that he pressed ABC not to publish the interview.

The Robach incident comes after Ronan Farrow alleged that NBC news chief refused to air his reporting on the Harvey Weinstein scandal after the disgraced movie boss complained to bosses.

Project Veritas said on Tuesday that the Robach video was provided by “an ABC insider.”

An ABC source stressed the network continually reported on Epstein before and after Robach’s interview with Giuffre.


Matt James and Rachael Kirkconnell are back together, but he's 'hesitant'

ABC bosses are battling to deal with the fallout from comments made by “Good Morning America” reporter Amy Robach, who was caught on a hot mic claiming network brass scrapped her interview with a Jeffrey Epstein accuser to appease the royal family.

The “GMA” reporter could be heard complaining that she spent three years trying to get the interview with Virginia Roberts Giuffre, who alleges she was forced to sleep with Prince Andrew while she was kept as Epstein’s sex slave, on air.

ABC news chiefs swiftly moved on Tuesday to have Robach issue a statement, in which she backtracked on her initial claims.

The anchor said she was “caught in a moment of private frustration” on the video, which was released by the conservative website Project Veritas Sunday and believed to have been taped this July.

In her statement, Robach said she was “disappointed” that her interview with Giuffre, taped in 2015, did not run as it failed to meet ABC’s reporting standards, while insisting that she had never been told to stop reporting on the Epstein scandal.

ABC sources told Page Six Tuesday there was “zero truth” that the interview was held to court favor with the royals, and particularly, as Robach said on camera, to get an interview with Prince William and wife Kate Middleton.

An ABC source said: “A lot of broadcasters can probably empathize. We do have to run everything past standards and practices and there are times when interviews can’t air.

“We needed time to corroborate details, and we were unable to verify a lot of Virginia’s claims.”

This does not, however, answer why ABC did not run the interview at any time after 2015. Giuffre has now made her claims to a variety of media outlets.

In September, she sat down for an exclusive with “Today” anchor Savannah Guthrie on rival NBC, alleging that she had sex with Prince Andrew aged 17.

The royal, a former pal of Epstein, has vehemently denied the allegations, calling them “false” and “without foundation”.

“He denies that it ever happened, and he’s going to keep denying that it even happened — but he knows the truth and I know the truth,” Giuffre told Guthrie, adding that the prince was “an abuser, he was a participant.”

In June, The Post reported that ABC news president James Goldston sat at President Trump’s table alongside Prince Charles and Camilla, Duchess of Cornwall, at a glitzy dinner in London.

Trump and first lady Melania threw the dinner at US Ambassador Woody Johnson’s residence to reciprocate for a lavish state banquet at Buckingham Palace hosted by the queen.

Goldston, who has dual American and British citizenship and is married to BBC anchor Laura Trevelyan, also procured a prestigious invite to the state banquet — which only had 170 guests.

In the comments captured by Project Veritas, Robach can be heard talking to an unnamed colleague on a secretly filmed video about how she thought the Giuffre interview was scraped to due to royal pressure.

“I’ve had this interview with Virginia Roberts. We would not put it on the air,” she could be heard saying. “First of all, I was told, ‘Who’s Jeffrey Epstein?’ … Then the palace found out that we had her whole allegations about Prince Andrew and threatened us a million different ways. … We were so afraid we wouldn’t be able to interview Kate and Will, so I think that had also quashed the story.”

Clearly frustrated, Robach added: “[Virginia] told me everything … She was in hiding for 12 years, we convinced her to come out. We convinced her to talk to us.”

Robach also said that Giuffre connected Bill Clinton and Alan Dershowitz to Epstein: “It was unbelievable what we had. Clinton. We had everything. I tried for three years to get it on to no avail.”

Both Dershowitz – Epstein’s lawyer – and Clinton were passengers on Epstein’s private jet, logs show.

Giuffre — who claims she was lent to the firebrand attorney for sex by Epstein —is suing Dershowitz after he publicly denounced her as a “serial perjurer,” a “serial liar” and a “serial prostitute.”

ABC said in a statement, “At the time, not all of our reporting met our standards to air, but we have never stopped investigating the story. Ever since we’ve had a team on this investigation and substantial resources dedicated to it. That work has led to a two-hour documentary and a 6-part podcast that will air in the new year.”

Robach, who also co-anchors 󈬄/20”, said in her statement released Tuesday that she didn’t expect her comments to air, adding: “As a journalist, as the Epstein story continued to unfold last summer, I was caught in a private moment of frustration. I was upset that an important interview I had conducted with Virginia Roberts didn’t air because we could not obtain sufficient corroborating evidence to meet ABC’s editorial standards about her allegations. My comments about Prince Andrew and her allegation that she had seen Bill Clinton on Epstein’s private island were in reference to what Virginia Roberts said in that interview in 2015. I was referencing her allegations — not what ABC News had verified through our reporting.”

Robach continued, “The interview itself, while I was disappointed it didn’t air, didn’t meet our standards. In the years since no one ever told me or the team to stop reporting on Jeffrey Epstein, and we have continued to aggressively pursue this important story.”

In an interview with NPR in August, Giuffre said she was confused about why her 2015 interview with ABC was not broadcast. “I viewed the ABC interview as a potential game-changer,” she said.

“Appearing on ABC with its wide viewership would have been the first time for me to speak out against the government for basically looking the other way and to describe the anger and betrayal victims felt.”

Dershowitz told NPR that he pressed ABC not to publish the interview.

The Robach incident comes after Ronan Farrow alleged that NBC news chief refused to air his reporting on the Harvey Weinstein scandal after the disgraced movie boss complained to bosses.

Project Veritas said on Tuesday that the Robach video was provided by “an ABC insider.”

An ABC source stressed the network continually reported on Epstein before and after Robach’s interview with Giuffre.


Matt James and Rachael Kirkconnell are back together, but he's 'hesitant'

ABC bosses are battling to deal with the fallout from comments made by “Good Morning America” reporter Amy Robach, who was caught on a hot mic claiming network brass scrapped her interview with a Jeffrey Epstein accuser to appease the royal family.

The “GMA” reporter could be heard complaining that she spent three years trying to get the interview with Virginia Roberts Giuffre, who alleges she was forced to sleep with Prince Andrew while she was kept as Epstein’s sex slave, on air.

ABC news chiefs swiftly moved on Tuesday to have Robach issue a statement, in which she backtracked on her initial claims.

The anchor said she was “caught in a moment of private frustration” on the video, which was released by the conservative website Project Veritas Sunday and believed to have been taped this July.

In her statement, Robach said she was “disappointed” that her interview with Giuffre, taped in 2015, did not run as it failed to meet ABC’s reporting standards, while insisting that she had never been told to stop reporting on the Epstein scandal.

ABC sources told Page Six Tuesday there was “zero truth” that the interview was held to court favor with the royals, and particularly, as Robach said on camera, to get an interview with Prince William and wife Kate Middleton.

An ABC source said: “A lot of broadcasters can probably empathize. We do have to run everything past standards and practices and there are times when interviews can’t air.

“We needed time to corroborate details, and we were unable to verify a lot of Virginia’s claims.”

This does not, however, answer why ABC did not run the interview at any time after 2015. Giuffre has now made her claims to a variety of media outlets.

In September, she sat down for an exclusive with “Today” anchor Savannah Guthrie on rival NBC, alleging that she had sex with Prince Andrew aged 17.

The royal, a former pal of Epstein, has vehemently denied the allegations, calling them “false” and “without foundation”.

“He denies that it ever happened, and he’s going to keep denying that it even happened — but he knows the truth and I know the truth,” Giuffre told Guthrie, adding that the prince was “an abuser, he was a participant.”

In June, The Post reported that ABC news president James Goldston sat at President Trump’s table alongside Prince Charles and Camilla, Duchess of Cornwall, at a glitzy dinner in London.

Trump and first lady Melania threw the dinner at US Ambassador Woody Johnson’s residence to reciprocate for a lavish state banquet at Buckingham Palace hosted by the queen.

Goldston, who has dual American and British citizenship and is married to BBC anchor Laura Trevelyan, also procured a prestigious invite to the state banquet — which only had 170 guests.

In the comments captured by Project Veritas, Robach can be heard talking to an unnamed colleague on a secretly filmed video about how she thought the Giuffre interview was scraped to due to royal pressure.

“I’ve had this interview with Virginia Roberts. We would not put it on the air,” she could be heard saying. “First of all, I was told, ‘Who’s Jeffrey Epstein?’ … Then the palace found out that we had her whole allegations about Prince Andrew and threatened us a million different ways. … We were so afraid we wouldn’t be able to interview Kate and Will, so I think that had also quashed the story.”

Clearly frustrated, Robach added: “[Virginia] told me everything … She was in hiding for 12 years, we convinced her to come out. We convinced her to talk to us.”

Robach also said that Giuffre connected Bill Clinton and Alan Dershowitz to Epstein: “It was unbelievable what we had. Clinton. We had everything. I tried for three years to get it on to no avail.”

Both Dershowitz – Epstein’s lawyer – and Clinton were passengers on Epstein’s private jet, logs show.

Giuffre — who claims she was lent to the firebrand attorney for sex by Epstein —is suing Dershowitz after he publicly denounced her as a “serial perjurer,” a “serial liar” and a “serial prostitute.”

ABC said in a statement, “At the time, not all of our reporting met our standards to air, but we have never stopped investigating the story. Ever since we’ve had a team on this investigation and substantial resources dedicated to it. That work has led to a two-hour documentary and a 6-part podcast that will air in the new year.”

Robach, who also co-anchors 󈬄/20”, said in her statement released Tuesday that she didn’t expect her comments to air, adding: “As a journalist, as the Epstein story continued to unfold last summer, I was caught in a private moment of frustration. I was upset that an important interview I had conducted with Virginia Roberts didn’t air because we could not obtain sufficient corroborating evidence to meet ABC’s editorial standards about her allegations. My comments about Prince Andrew and her allegation that she had seen Bill Clinton on Epstein’s private island were in reference to what Virginia Roberts said in that interview in 2015. I was referencing her allegations — not what ABC News had verified through our reporting.”

Robach continued, “The interview itself, while I was disappointed it didn’t air, didn’t meet our standards. In the years since no one ever told me or the team to stop reporting on Jeffrey Epstein, and we have continued to aggressively pursue this important story.”

In an interview with NPR in August, Giuffre said she was confused about why her 2015 interview with ABC was not broadcast. “I viewed the ABC interview as a potential game-changer,” she said.

“Appearing on ABC with its wide viewership would have been the first time for me to speak out against the government for basically looking the other way and to describe the anger and betrayal victims felt.”

Dershowitz told NPR that he pressed ABC not to publish the interview.

The Robach incident comes after Ronan Farrow alleged that NBC news chief refused to air his reporting on the Harvey Weinstein scandal after the disgraced movie boss complained to bosses.

Project Veritas said on Tuesday that the Robach video was provided by “an ABC insider.”

An ABC source stressed the network continually reported on Epstein before and after Robach’s interview with Giuffre.


Matt James and Rachael Kirkconnell are back together, but he's 'hesitant'

ABC bosses are battling to deal with the fallout from comments made by “Good Morning America” reporter Amy Robach, who was caught on a hot mic claiming network brass scrapped her interview with a Jeffrey Epstein accuser to appease the royal family.

The “GMA” reporter could be heard complaining that she spent three years trying to get the interview with Virginia Roberts Giuffre, who alleges she was forced to sleep with Prince Andrew while she was kept as Epstein’s sex slave, on air.

ABC news chiefs swiftly moved on Tuesday to have Robach issue a statement, in which she backtracked on her initial claims.

The anchor said she was “caught in a moment of private frustration” on the video, which was released by the conservative website Project Veritas Sunday and believed to have been taped this July.

In her statement, Robach said she was “disappointed” that her interview with Giuffre, taped in 2015, did not run as it failed to meet ABC’s reporting standards, while insisting that she had never been told to stop reporting on the Epstein scandal.

ABC sources told Page Six Tuesday there was “zero truth” that the interview was held to court favor with the royals, and particularly, as Robach said on camera, to get an interview with Prince William and wife Kate Middleton.

An ABC source said: “A lot of broadcasters can probably empathize. We do have to run everything past standards and practices and there are times when interviews can’t air.

“We needed time to corroborate details, and we were unable to verify a lot of Virginia’s claims.”

This does not, however, answer why ABC did not run the interview at any time after 2015. Giuffre has now made her claims to a variety of media outlets.

In September, she sat down for an exclusive with “Today” anchor Savannah Guthrie on rival NBC, alleging that she had sex with Prince Andrew aged 17.

The royal, a former pal of Epstein, has vehemently denied the allegations, calling them “false” and “without foundation”.

“He denies that it ever happened, and he’s going to keep denying that it even happened — but he knows the truth and I know the truth,” Giuffre told Guthrie, adding that the prince was “an abuser, he was a participant.”

In June, The Post reported that ABC news president James Goldston sat at President Trump’s table alongside Prince Charles and Camilla, Duchess of Cornwall, at a glitzy dinner in London.

Trump and first lady Melania threw the dinner at US Ambassador Woody Johnson’s residence to reciprocate for a lavish state banquet at Buckingham Palace hosted by the queen.

Goldston, who has dual American and British citizenship and is married to BBC anchor Laura Trevelyan, also procured a prestigious invite to the state banquet — which only had 170 guests.

In the comments captured by Project Veritas, Robach can be heard talking to an unnamed colleague on a secretly filmed video about how she thought the Giuffre interview was scraped to due to royal pressure.

“I’ve had this interview with Virginia Roberts. We would not put it on the air,” she could be heard saying. “First of all, I was told, ‘Who’s Jeffrey Epstein?’ … Then the palace found out that we had her whole allegations about Prince Andrew and threatened us a million different ways. … We were so afraid we wouldn’t be able to interview Kate and Will, so I think that had also quashed the story.”

Clearly frustrated, Robach added: “[Virginia] told me everything … She was in hiding for 12 years, we convinced her to come out. We convinced her to talk to us.”

Robach also said that Giuffre connected Bill Clinton and Alan Dershowitz to Epstein: “It was unbelievable what we had. Clinton. We had everything. I tried for three years to get it on to no avail.”

Both Dershowitz – Epstein’s lawyer – and Clinton were passengers on Epstein’s private jet, logs show.

Giuffre — who claims she was lent to the firebrand attorney for sex by Epstein —is suing Dershowitz after he publicly denounced her as a “serial perjurer,” a “serial liar” and a “serial prostitute.”

ABC said in a statement, “At the time, not all of our reporting met our standards to air, but we have never stopped investigating the story. Ever since we’ve had a team on this investigation and substantial resources dedicated to it. That work has led to a two-hour documentary and a 6-part podcast that will air in the new year.”

Robach, who also co-anchors 󈬄/20”, said in her statement released Tuesday that she didn’t expect her comments to air, adding: “As a journalist, as the Epstein story continued to unfold last summer, I was caught in a private moment of frustration. I was upset that an important interview I had conducted with Virginia Roberts didn’t air because we could not obtain sufficient corroborating evidence to meet ABC’s editorial standards about her allegations. My comments about Prince Andrew and her allegation that she had seen Bill Clinton on Epstein’s private island were in reference to what Virginia Roberts said in that interview in 2015. I was referencing her allegations — not what ABC News had verified through our reporting.”

Robach continued, “The interview itself, while I was disappointed it didn’t air, didn’t meet our standards. In the years since no one ever told me or the team to stop reporting on Jeffrey Epstein, and we have continued to aggressively pursue this important story.”

In an interview with NPR in August, Giuffre said she was confused about why her 2015 interview with ABC was not broadcast. “I viewed the ABC interview as a potential game-changer,” she said.

“Appearing on ABC with its wide viewership would have been the first time for me to speak out against the government for basically looking the other way and to describe the anger and betrayal victims felt.”

Dershowitz told NPR that he pressed ABC not to publish the interview.

The Robach incident comes after Ronan Farrow alleged that NBC news chief refused to air his reporting on the Harvey Weinstein scandal after the disgraced movie boss complained to bosses.

Project Veritas said on Tuesday that the Robach video was provided by “an ABC insider.”

An ABC source stressed the network continually reported on Epstein before and after Robach’s interview with Giuffre.


Voir la vidéo: Boris Kodjoe The Chew 10 26 16 part 2 (Mai 2022).